Riverine Input

Monogramme

Pour mieux lutter contre les déchets qui envahissent les océans, il est nécessaire de comprendre leur origine. Surfrider travaille pour cela sur la mise en place d’un protocole scientifique de quantification et d’identification des déchets à l’échelle d’un bassin versant.

80% des déchets viendraient des terres. Face à ce constant, Surfrider a lancé en 2013  le projet Riverine Input. L’objectif est de mettre en place un protocole scientifique de quantification et d’identification des déchets à l’échelle d’un bassin versant, c’est à dire de la montagne à l’océan en suivant le cycle de l’eau.

Grâce aux informations récoltées, le protocole scientifique mis en place par Riverine Input servira de base à d’autres études fluviales sur tout l’espace européen et permettra de proposer des mesures concrètes et des solutions adaptées afin de lutter contre les sources de pollution dans les rivières.

riverine01Notre objectif est d’identifier les secteurs pollueurs afin de proposer des solutions globales qui pourront passer de la communication à l’optimisation technique en passant par la concertation.

Élaborer un protocole scientifique de quantification des déchets

Le projet Riverine Input est un projet construit en 2 phases. La première phase consiste à mettre en place une méthodologie d’identification et de quantification des déchets aquatiques. Elle a permis d’établir une grille précise de classification des 140 types de déchets répartis en 13 catégories.

Chaque mois, les équipes de Surfrider, accompagnées de bénévoles, utilisent cet outil de classification pour trier les déchets récoltés sur les différents lieux de prélèvement. La phase deux du projet à notamment permis de définir la zone d’étude et les lieux de prélèvement.

Le bassin versant de l’Adour a été choisi comme zone d’étude. L’Adour est un fleuve prenant sa source en montagne, dans les Pyrénées françaises, et qui traverse des villes et des villages, où se trouvent activités agricoles et industries, pour finalement se jeter dans l’océan.

Graphique Classification des déchets Riverine Input

Un travail de terrain

Une fois le Protocole scientifique longuement étudié, la phase 2 du projet s’est poursuivie par l’application concrète du Protocole sur le terrain.  L’équipe a du définir des points précis de prélèvement de déchets sur le pourtour de l’Adour. En partant de la source à Campan jusqu’à l’embouchure à Anglet, 8 points de collectes sont définis (7 en rivière et 1 sur la plage).

Capture1

La fréquence d’échantillonnage des déchets sur les berges est arbitrairement fixée à une collecte par mois afin de disposer de données les plus précises possibles. Ainsi chaque mois les déchets sont collectés sur huit points de prélèvement sur la même surface délimitée à l’aide d’un GPS.

Tri et quantification des déchets

Une fois les déchets collectés ils sont ramenés à Biarritz au siège européen de Surfrider Foundation afin d’être triés et comptés selon la grille du protocole. Chaque mois des bénévoles viennent participer au tri. C’est à la fois un moyen de sensibilisation à la problématique tout en aidant l’équipe à effectuer un tri le plus précis possible.

DSC03266

Un projet reconnu au niveau européen

Grâce à son protocole novateur, le projet Riverine Input a attiré l’attention de la Commission Européenne qui a décidé de l’intégrer à la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (DCSMM). La DCSMM est une directive du Parlement Européen qui a pour but de coordonner les actions locales des États membres sur la problématique des déchets. Ainsi intégré au groupe d’experts de cette Directive, l’Ingénieur en charge de Riverine Input présente tous les 6 mois l’avancée et les résultats du protocole aux membres de la Commission européenne. La prochaine réunion du groupe d’expert de la DCSMM aura lieu à Palerme en mars prochain.

Harmoniser les Directives européennes de quantification des déchets

Le but du projet de Riverine Input est de parvenir dans les prochaines années à une harmonisation des Directives européennes de quantification des déchets aquatiques, puis à terme d’inclure les déchets comme indicateur de la qualité des milieux et du bon état écologique de celui-ci.

Les experts Surfrider en charge du projet continuent de donner des conférences sur le sujet afin de sensibiliser le grand public et de faire avancer les choses aussi bien au niveau local qu’au niveau européen.

Le projet Riverine Input nous rappelle que les sources de pollution sont multiples et que la remise en question de nos modes de consommation et de notre modèle du traitement de fin de vie des déchets doit être globale et comprise par les citoyens, les entreprises, les institutions, les organisations, les collectivités ainsi que l’État.

HWPmasterBrand

Depuis déjà trois ans le programme eau de la banque HSBC soutient financièrement Riverine Input et permet à notre équipe de mener le projet à bien.