background

 

Tout a commencé il y a trois ans suite à un appel nous informant de la présence de nombreux déchets sur une plage située non loin de nos bureaux. Sur place, nous avons alors constaté que nous étions face à une scène que nous connaissions déjà trop bien. Après analyse des indices trouvés sur place nous avons décidé de mener une enquête plus poussée pour comprendre d’où venaient tous ces déchets. Nous ne le savions pas encore mais cette enquête allait s’avérer longue et délicate.

 

 

mosaique

Examen de la scène de crime

background

Une fois sur place, nous avons commencé par établir un périmètre autour de la zone de la scène de crime afin de pouvoir photographier, répertorier et ramasser les différentes pièces à conviction qui allaient nous servir de point de départ à notre dossier. Ce jour-là, nous avons trouvé de nombreux indices que nous avions l’habitude de voir dans ce type de situation. Comme à chaque fois la question de leur provenance restait un mystère pour nous.

 

hr03

PIÈCES À CONVICTION
AFFAIRE #200982

background

COTON-TIGE
Comme dans beaucoup d’affaires, nous avons de nouveau retrouvé cet indice. Un véritable casse-tête pour nous. Comment pouvait-il se retrouver ici ? Comment identifier le ou les coupables ? Plus tard dans l’enquête nous allions en trouver les raisons et nous n’étions pas au bout de nos surprises…

Cotons-tiges / Cotton buds

SAC PLASTIQUE
Autre indice que nous retrouvions bien trop souvent. A cette époque, la Brigade Océan menait déjà une enquête de longue date sur ce sujet. Un dossier qui est aujourd’hui en bonne voie d’être classé grâce au travail de l’équipe.

Sac plastique / Plastic bag

 

BOUTEILLE PLASTIQUE
Il n’était pas étonnant pour nous de récolter ce type d’indices. Nous en trouvions toujours un peu plus sur le terrain, de différentes tailles et marques. Récemment nous avons décidé de mettre certains de nos experts sur le dossier afin de résoudre cette nouvelle énigme.

Bouteille en plastique / Plastic bottle

 

POUPÉE
Nous ne le savions pas encore lorsque nous l’avons récolté, mais il allait s’agir d’un indice crucial pour la suite de notre enquête, puisqu’il allait nous permettre d’établir nos premières hypothèses.

Tête de poupée / Head of doll

 

MÉGOTS
Nous retrouvions fréquemment des mégots de cigarettes sur la plage. Aussi bien en ville que sur la plage, les mégots sont visibles un peu partout dans la nature et cela malgré des mesures et des solutions simples.

Mégots / Cigarette butts

 

ANIMAL MORT
Lors de l’analyse, nous avons retrouvé des fragments de plastique dans l’estomac du poisson. Il était fort possible de conclure que celui-ci ait confondu ces fragments avec de la nourriture.

Poisson mort / Died fish

 

MATÉRIEL DE PÊCHE
Il n’était pas rare également de retrouver du matériel de pêche. Les filets et hameçons peuvent représenter un danger aussi bien sur la plage pour les êtres humains qu’en mer pour les animaux qui peuvent s’emmêler dans les filets.

background

background

background

Matériel de pêche / Fishing material

piecesaconviction

Des archives riches en éléments

De retour au bureau et après une première analyse des indices, nous avons réalisé que ce crime comportait des similitudes avec d’autres affaires. Nous avons procédé à une recherche par mots clés en nous basant sur les indices récoltés sur la scène de crime. De nombreux dossiers sont ressortis et nous avons également retrouvé des procès-verbaux dressés par la police de l’eau et des milieux aquatiques.

Ces recherches nous ont permis d’avancer dans notre enquête et établir nos premières hypothèses. En effet, parmi les multiples affaires qui remontaient à la surface il y avait clairement un point commun entre toutes et surtout un lien avec notre scène de crime principale. Ce lien : la rivière.

#mégots

#coton-tige

#pêche

 

Proces verbaux

Ces longues recherches nous ont permis de récupérer différents portraits robots venant compléter peu à peu notre dossier.

PORTRAIT-ROBOT #1 (AFFAIRE BAR)

background

Sexe : masculin
Yeux : marrons
Visage : carré
Sourcils : fournis
Lèvres : petites et charnues
Cheveux : courts, brun
Age : quarantaine
Taille : Environ 1,85
Profession : inconnue
Type de délit : incivilité
Description du délit : Coups et blessures suite à une bagarre provoquée par le dit individu pour jet volontaire de mégot sur la voie publique.

Suspect 01

PORTRAIT-ROBOT #2 (AFFAIRE PROPRIÉTAIRE)

background

Sexe : féminin
Yeux : bleus
Visage : rond
Sourcils : fins
Lèvres : petites
Cheveux : longs, blonds
Age : vingtaine
Taille : Environ 1,62
Profession : inconnue
Type de délit : vol et dégradation
Description du délit : Vol et dégradation d’un appartement loué.

Suspect 02

PORTRAIT-ROBOT #3 (AFFAIRE PÊCHEUR)

background

Sexe : masculin
Yeux : verts
Visage : ovale
Sourcils : fournis
Lèvres : petites et charnues
Cheveux : courts, brun
Age : trentaine
Taille : Environ 1,85
Profession : inconnue
Type de délit : blessures involontaires
Description du délit : Est accusé d’avoir causé la blessure d’un enfant à cause d’un hameçon abandonné à l’eau.

 

Suspect 03

 

background

background

hr03

La rivière source de nouvelles hypothèses

Si nous avions établi un premier lien entre la rivière et l’océan, il nous fallait encore le prouver. Pour cela nous sommes repartis sur le terrain en nous rendant sur certains des lieux mentionnés dans les affaires que nous avions étudiées.

Nous avons commencé par mener une expérience pour prouver le lien entre notre scène de crime et la rivière. Nous avons placé des déchets dans des caisses étanches avec une balise GPS à l’intérieur. Nous les avons ensuite jetées à différents points de la rivière. Quelques semaines plus tard nous avons pu en retrouver certains sur la plage. Il n’y avait plus de doute possible, la majorité des déchets que nous avions retrouvés sur la plage provenait forcément de la rivière.

cartographie

Nouveaux suspects

Sur le terrain le constat était sans appel, sur chacune des zones nous retrouvions les mêmes types de déchets que sur la plage. Nous savions que nous étions enfin sur les véritables scènes de crime sur lesquelles nous allions pouvoir plus tard récolter de nouveaux indices. Notre photographe judiciaire a pu prendre différents clichés montrant bien que les scènes étaient relativement similaires.

Premières pistes et hypothèses

Tout semblait nous ramener à la rivière et il nous fallait désormais continuer nos recherches en ce sens. Nous avons alors commencé à étudier les lieux pour mieux comprendre comment la rivière pouvait être une des raisons de la présence des déchets sur les plages.

Notre documentaliste a effectué des recherches sur ce que nous appelons dans le jargon scientifique le « bassin versant ». Nous avons ainsi compris que si un crime était commis le long de la rivière « en amont », des traces du crime pouvaient se retrouver « en aval » au niveau de « l’exutoire », à savoir pour nous la scène de crime. La présence des déchets sur la plage était due à différents « vecteurs d’introduction ». Nous avons recensé un certain nombre d’activités propres à la région pouvant expliquer l’arrivée de déchets dans la rivière puis vers l’océan. Nous les avons regroupées en trois catégories: les activités industrielles, les activités agricoles et les activités urbaines qui incluent entre autres les stations d’épurations et les activités de loisirs. Différentes sources et différents suspects, la piste de la rivière se précisait mais les suspects se multipliaient par la même occasion.

bassinversant_fullwidth02

Rencontre d’experts

background

Nous souhaitions aller plus loin pour appuyer nos premières hypothèses. Pour cela nous avons rencontré des experts et procédé à des recherches dans des revues scientifiques. Mais très vite nous avons été confrontés à un problème de taille. Si comme nous beaucoup affirmait qu’il y avait bel et bien un lien entre la rivière et l’océan, il n’y avait pourtant que peu d’études ou données prouvant cela de manière irréfutable.

>> François GALGANI. Lors de notre entretien, il nous a révélé que chaque année près de 8 millions de tonnes de déchets arrivait dans les océans. Selon certaines études la majorité de ces déchets proviendraient du continent. Sans surprise, les rivières font parties des sources principales.

>> Bruno TASSIN. S’il nous a confirmé que nous avions raison de remonter à la source et d’axer nos recherches sur la rivière, il nous a néanmoins précisé que l’absence de méthodologie scientifique et le manque de connaissances sur les déchets présents en rivière pourraient vite représenter un frein important pour boucler notre enquête.

francois_galgani02

François Galgani, Ifremer à Bastia, Responsable de projet a IFREMER et responsable d’un groupe européen sur les déchets marins. 

2016_BT(2)02

Bruno Tassin, Directeur de recherche à l’Ecole des ponts ParisTech.

background

background

hr03

A ce stade de l’enquête nous détenions une première piste importante. Mais pourtant nous avions réussi à établir ce lien entre notre scène de crime et la rivière, l’enquête ne faisait que commencer et nous avons alors décidé de déployer plus de moyens pour nous aider à résoudre cette affaire.

 

Chapitre suivant
Riverine Input

Le projet Riverine Input mené par Surfrider Foundation Europe a pour objectif la mise en place d’un protocole scientifique de quantification et d’identification des déchets à l’échelle d’un bassin versant. Notre but est de collecter des données sur la dynamique des déchets en rivière afin d’identifier leur typologie et leur origine. Ce projet est soutenu par le Programme Eau HSBC.