Les bonnes pratiques contre les bouteilles plastique, le guide Surfrider

Les villes, les agglomérations, les métropoles et les capitales ont un rôle important à jouer dans la réduction de la pollution plastique et notamment celle des bouteilles plastique, qui rappelons-le, font partie des déchets les plus retrouvés sur nos plages. Cet objet plastique à usage unique que l’on voit sur un trottoir, dans un caniveau, sur le bord d’une route, finit bien souvent dans l’océan.

Surfrider a identifié 5 axes majeurs de progrès sur lesquelles chaque ville devrait travailler pour réduire cette pollution. Nous les avons réunis dans un guide à destination des élus des collectivités territoriales mais également pour les citoyens afin de faire avancer les réformes sur cette problématique grandissante.

1. Réduire les bouteilles à la source

Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. En incitant les citoyens à se tourner vers des solutions alternatives aux bouteilles plastique, les villes jouent un rôle essentiel dans la réduction des déchets plastique.
Les villes peuvent décider de légiférer pour une limitation ou une interdiction des bouteilles plastique au sein de leurs institutions ou encore lors des événements.

Concord (USA)
Depuis 2013, la ville de Concord a totalement interdit la vente de bouteille d’eau plate de moins de 1L et la vente de bouteilles plastique lors des événements sportifs.

2. Promouvoir des solutions alternatives

En développant l’accès à l’eau potable, notamment avec des fontaines, les villes incitent les citoyens à utiliser des gourdes réutilisables. Avantage à la fois écologique et économique l’eau en bouteilles étant entre 100 et 300 fois plus chère que l’eau du robinet.

shutterstock_708715879

Londres (UK)
Porté par des ONG et des associations, le campagne Refill London (re-remplir Londres) a pour objectif de faciliter l’accès à l’eau potable à travers la création d’un réseau de fontaines, mais également en incitant les commerçants et entreprises à devenir des points d’accès d’eau gratuits.

3. Améliorer le design et promouvoir l’écoconception

Il faut repenser le cycle de vie des produits, prévoir la fin de vie d’un produit avant sa conception. L’écoconception entre dans une logique d’économie circulaire en intégrant dès le départ l’idée de réemploi, réutilisation ou de recyclage.

Costa Rica
Le Costa Rica a décidé d’investir dans la recherche et le développement afin d’améliorer l’écoconception des plastiques à usage unique en commençant par les bouteilles plastiques.

4. Améliorer la fin de vie

La réduction des bouteilles plastique dans l’environnement implique une optimisation de la collecte des déchets. Ainsi les autorités publiques doivent mettre en place des infrastructures et des systèmes de collecte et de tri efficaces et innovants. De plus en plus de villes et de pays se tournent vers un système de consigne.

Estonie
Depuis 2005, l’Estonie a mis en place un système de consignes payantes (0,10€) notamment sur les bouteilles en plastique. Il est l’un des plus efficaces en Europe avec un taux de recyclage des bouteilles plastique à 90%.

5. Informer et sensibiliser les citoyens

Il est nécessaire de passer d’une société de consommation de masse à une société écoresponsable. Les villes sont des interlocuteurs privilégiés avec les citoyens, elles ont donc un rôle important à jouer dans la sensibilisation et l’éducation des citoyens sur les bouteilles plastique.

pauline_01_07-41

Les moyens à disposition des villes
Des campagnes de sensibilisation et de communication : affichages, communication digitale, évènements dédiés
La mise à disposition d’une information claire et facilement accessible par le consommateur : étiquetage des produits, sites d’information

Pour en savoir plus sur les bonnes pratiques à suivre, retrouvez notre guide à destination des villes et des citoyens. Nous, citoyens, devons continuer à nous mobiliser pour que des changements soient opérés à tous les niveaux.