Du pétrole à Bidart ?

Si vous êtes passés cette semaine sur la côte de Bidart, vous avez sûrement aperçu la plateforme installée à quelques centaines de mètres de la plage de l’Uhabia.

A la recherche d’informations quant aux travaux en cours, Surfrider a mené son enquête auprès de la commune de Bidart et de l’Agglomération Côte Basque Adour qui ont bien voulu répondre à nos quelques questions.

Rassurez-vous, pas de forage pétrolier en vue.

Voici quelques questions/réponses pour faire lumière sur les travaux en cours :

Qui réalise ces travaux ?

C’est l’Agglomération Côte Basque Adour (ACBA) qui est le maître d’ouvrage. 

A quoi sert cette plateforme ?

Il a été décidé de renforcer l’ancrage de l’émissaire en mer (canalisation de rejet des eaux issues de l’Uhabia lors des fermetures de la porte à clapet), afin d’assurer la solidité et la bonne tenue dans le temps du système d’évacuation. En effet, la zone est soumise à une grande mobilité des bancs de sable, avec des variations bathymétriques (profondeur du fond marin) de plus de 3m, notamment sous l’effet des tempêtes hivernales.

Ces travaux rentrent dans le cadre de l’entretien et la maintenance de l’émissaire en mer. Ils ont été présentés à la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) et une information a été faite à la Police de l’Eau et au Comité Local des Pêches.

Pouvez-vous rappeler comment fonctionne cet émissaire ?

Une vidéo rappelant le fonctionnement de l’installation est disponible sur le site de la mairie.

La présence de la plateforme sur zone dure environ un mois selon les conditions météorologiques et se déroule en 3 phases :

  • Préparation des travaux
  • Travaux sur site avec plateforme autoélévatrice
  • Repli du chantier

Les travaux auraient pu être terminés cette semaine, mais les intempéries ne l’ont pas permis. Il reste une dernière intervention dont la programmation va dépendre des conditions météorologiques et de la houle.

Les travaux nécessaires signifient-ils que le système a mal fonctionné cet été ?

Pas du tout, les travaux ne concernent pas le fonctionnement du système, mais la consolidation du diffuseur en mer (extrémité de l’émissaire).

Au vue des quantités de sables pouvant être remobilisés       (+ de 3m) , y a-t-il un risque d’obstruction de l’émissaire ?

L’émissaire est entretenu annuellement selon les dépôts dans la conduite. Par ailleurs, le « marnage » de sable à cet endroit a été pris en compte dans la conception du projet de manière à ce que le diffuseur soit toujours au-dessus du niveau le plus haut connu de sable. Même si ce n’était pas l’objectif des travaux en cours, le mode de fixation du diffuseur au pieu a rallongé le diffuseur d’environ 50 cm. La distance entre le niveau de sable le plus haut et le diffuseur a donc été encore augmentée.

Y a-t-il un risque de dégradation de la qualité de l’eau pendant la période de travaux ?

Non aucun, le fonctionnement du système reste inchangé. Les arrêts ponctuels de l’émissaire ont été faits par temps sec.

Peut-on continuer à surfer en toute sécurité ? Quels peuvent être les dangers liés à la présence de la plateforme ? Ya t ils des précautions particulières à prendre ?

Les conditions de sécurité sont simples : il ne faut pas s’approcher de la plateforme ni des zones de manœuvres, et ce jusqu’à la fin du chantier. Pour le reste, les pratiques sportives ne nécessitent pas de précautions particulières.

Les réseaux d’assainissement sont sensibles aux fortes précipitations qui peuvent entrainer des déversements d’eaux non traitées dans le milieu. Pour éviter de tomber malade, on vous conseille d’éviter de vous mettre à l’eau les jours de grosses pluies …

Bon Surf à tous !