Impulsions, émotions, intuitions, imaginaires, que l’on adhère ou non, l’art ne laisse personne indifférent. Il permet d’aller au-delà de ce que nous connaissons, de repousser les limites, de s’exprimer sans mot, de fédérer. De plus en plus d’artistes utilisent leur art pour sensibiliser le grand public sur les problématiques environnementales.  On vous en parle avec l’artiste Alain Bourdon et son projet The Minimalist Wave pour la Semaine Européenne de Réduction des Déchets.

The Minimalist Wave: entretien-océan

VAGUE copie
Peux-tu présenter ton travail et nous parler de tes inspirations ?
Je travaille sur un dessin de vague ultra minimaliste depuis moins d’un an de façon obsessive. Ce projet s’appelle The Minimalist Wave pour plusieurs raisons. C’est un moyen de me réapproprier le temps : lorsque je commence le dessin, comme je n’ai pas de croquis préparatoire, je dois le faire d’un trait. Puis il y a la partie graphique où j’essaye de rendre compte de scènes simples, essentielles en un minimum de traits.

D’où te vient cette obsession pour l’océan, et plus précisément pour les vagues ?

De la façon dont l’océan a de nous renvoyer à notre condition de petitesse. C’est ce que je ressens dans l’eau : composer avec plus grand et s’inscrire avec lui, et non pas le dominer ou le conquérir. C’est la définition du sublime pour moi, de savoir que nous faisons partie d’un ensemble. Ce qui est assez contraire à notre génération qui a fait de l’individu un roi. L’océan me recadre et invite aussi au temps présent. Ce qui soulage également.  Puis prendre une vague, c’est comme voler. Il faut le vivre une fois !

As-tu des bonnes habitudes pour réduire tes déchet et l’utilisation de plastique ?

J’apprends. Ce sont encore une fois une somme de détails dérisoires qui sont pour moi la sortie positive de ce problème. J’ai toujours une gourde, pas de bouteilles plastiques, acheter en vrac, refuser les sacs, chercher des alternatives aux récipients plastiques… C’est peut-être dérisoire mais ce sont des petites résistances il me semble. C’est un peu le principe de Gulliver : un seul lien isolé ne fera pas chuter le géant. Par contre, qu’en serait-il d’une multitude ?

IMG_8342

 

Es-tu aussi minimaliste dans ton quotidien que dans ton art ?

C’est la question : comment être décroissant dans un monde qui nous forme à la croissance et la consommation ? Cette schizophrénie, j’ai dû la comprendre, puis la déconstruire. On nous éduque à consommer, à travailler plus pour gagner plus et dépenser plus en nous vendant le dernier smartphone, la dernière voiture, le dernier top néoprène. C’est une consommation libidinale. Puis on nous culpabilise à ne plus consommer pour raison éthique ce qui installe un malaise et une confusion. J’ai personnellement fait une ascèse de mon rapport aux objets, surtout en observant ma mère qui ne possède rien. Cela paraît être un geste de non-réussite sociale à priori, mais en grandissant, j’ai compris qu’en ne possédant rien, rien ne la possédait. Et cela m’a plu. J’essaye donc d’être dans le nécessaire agréable, sans plus.

Art x Surfrider

Depuis presque 10 ans, Surfrider allie art et protection de l’océan à travers de nombreuses collaborations. Artistes locaux ou de renommé mondiale, l’art permet d’éveiller les consciences en jouant avec les émotions, d’apprendre en s’émerveillant. Il n’a pas de langues ou de frontières et c’est ce qui en fait un levier aussi puissant pour sensibiliser le plus grand nombre. Une partie des locaux de l’organisation à Biarritz est d’ailleurs exclusivement réservé à l’art et aux expositions, cette espace est accessible à tous et visible sur les horaires d’ouverture des bureaux (lun-jeu 9h-18h, ven 9h-16h30).

Campus 1

LESS IS MORE
A l’occasion de la Semaine Européenne de Réduction des Déchets et de la campagne Ban the Bag contre les sacs plastique à usage unique, The Minimalist Wave et Surfrider te proposent de gagner une œuvre originale de l’artiste spécialement créée pour l’occasion.

WhatsApp Image 2018-11-13 at 15.24.29(1)

Le but de l’action étant d’inviter la communauté Surfrider à publier des photos de leur quotidien avec des alternatives aux sacs plastique. Toujours dans cette démarche de sensibiliser le plus grand nombre de personnes à la réduction des objets plastique à usage unique.

Plus d’info sur le concours

L’art d’Alain Bourdon et des artistes engagés pour l’environnement nous invite à repenser notre société, notre façon de consommer, pour aller vers une société toujours plus respectueuse de l’environnement et de l’océan. Nous sommes tous en mesure de limiter notre impact sur la planète avec quelques gestes simples, et d’avoir un véritable impact tous ensemble.

Laisser un commentaire